Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 09 avril 2016

366 réels à prise rapide : Contre le mur

Peu de lumière, le flash ne portera pas assez loin, la photographe s’appuie contre le mur et reste en apnée, le temps de la photographie. Augmenter les iso et avoir du grain ne la satisferait pas. Elle réalise les limites de son bridge et rêve d’autre chose.

20:21 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 08 avril 2016

366 réels à prise rapide : Itinéraire

Le G.P.S. n’est-il pas programmé par les sociétés d’autoroute ? Certes quand je lui demande un trajet, il m’interroge sur mon souhait de payer ou pas. Par contre, c’est souvent l’itinéraire le plus onéreux. Ainsi, pour revenir des Hauts de France, il ne me proposait que le passage par le pont de Normandie, soit un coût de près de 19 €, il ne propose jamais de passer par Rouen où le trajet ne revient qu’à 13 € !

20:20 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 07 avril 2016

366 réels à prise rapide : Laissez passer les petits papiers

Cruel dilemme pour les enseignants : doivent-ils laisser passer les petits papiers ? 
Leur circulation perturbe le cours en détournant l’attention. Quand ils contiennent une déclaration d’amour, un sentiment de culpabilité nous envahit à l’idée d’empêcher un amour naissant de se développer.
Comment résister à un 
 
Kévin, Tue même ?
Oui
Non
Réponds-moi. Sinon je demande à Dylan. 
Samantha
 
Naturellement nul remord à capturer un billet d’insultes. Pour les autres, après l’avoir intercepté, je corrigeais le billet, le rangeais dans ma poche et le remettais à la fin des cours au destinataire.

20:18 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 06 avril 2016

366 réels à prise rapide : Temps qu'il fait

Ils étaient partis avec les pelles et le jeu de boules. Histoire de profiter des vacances pour aérer les enfants. Arrivés dans les dunes, vu le temps qu’il fait, ils ont rebroussé chemin. Ils sont rentrés c’était un temps à savourer un chocolat chaud en famille.

21:31 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 05 avril 2016

366 réels à prise rapide : Un mot que j'ai écrit

Un mot que j’ai écrit bien souvent lors d’évènements de la vie  est : « sérénité », ça me semble être la seule chose à laquelle on doit aspirer.

21:30 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (1)

lundi, 04 avril 2016

366 réels à prise rapide : Ceux que l'on porte

Ceux que l’on porte ont beau jeu de vous le reprocher un jour ou l’autre. Ne serait-ce que pour s’affranchir. Il faut toujours laisser l’illusion que les gens mènent leur barque. 
Et puis, il y a celles et ceux pour qui on pense n’être rien et qui parfois vous remercient d’avoir été là.
C’est à n’y rien comprendre, on espère des uns, on reçoit des autres.

21:29 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (1)

dimanche, 03 avril 2016

366 réels à prise rapide : Ce que l'on porte

Dans ma vie professionnelle d’avant, j’ai eu la chance inouïe de faire un stage « Vêtement et identité ». Lors de la présentation, on nous demanda d’évaluer financièrement la tenue des autres stagiaires. L’exercice fut pour moi délicat car je ne suis guère branchée fringues. J’y ai pris plus amplement conscience qu’à travers ce que l’on porte, les gens nous associent une valeur. Ce fut confirmé quelques temps plus tard lors d’un état des lieux. Un locataire me fit cette remarque :  « Vous au moins, vous ne nous humiliez pas. Ce n’est pas comme l’assistante sociale qui porte 2 mois de loyers sur elle ! » 
Personnellement, je suis un peu atypique. Je ne suis pas en admiration devant le prix des vêtements, je m’attache plus à la façon, à la matière, aux couleurs des habits que les gens portent, et surtout à l’adéquation entre ce qu’ils sont et leurs tenues, plutôt qu’aux marques. Porter des vêtements de luxe serait comme être à Carnaval ! Je sais que ça m’a desservie lors de certains entretiens. Qu’importe au quotidien ça ne met pas de barrières entre les familles modestes et moi, elles osent me parler. C’est essentiel pour que les écoliers puissent se reconnaître dans l’école.
Quant à aujourd’hui, j’ai retrouvé avec plaisir une vieille salopette en jean et marinière multicolore. Quoi de mieux pour me sentir en vacances ?

21:28 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 02 avril 2016

366 réels à prise rapide : Signature

Depuis je suis entrée dans la vie professionnelle, j’ai toujours eu plusieurs signatures. Travaillant à l’époque dans le secteur social, je n’étais pas à l’abri de me faire dérober mon chéquier. J’avais donc deux signatures distinctes au cas où cette idée saugrenue passerai dans la tête des locataires. Ce qui n’arriva jamais, j’y vois une preuve d’estime, de respect de reconnaissance. Quant à la signature de mes courriels, elle comporte l’arobase, et pour une fois je signe ce billet ! 
Sar@h

21:26 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 01 avril 2016

366 réels à prise rapide : Un pur mensonge

Un pur mensonge ? Le changement d’heure deux fois l’an ne fait pas faire des économies d’énergie ... Si l’on prend en compte la fatigue des travailleurs et écoliers qui s’ensuit. C’est juste pour mesurer le pouvoir de quelques technocrates sur la naïveté humaine ! C’était le début des couleuvres que les politiques nous font avaler à longueur d’année.

08:23 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 31 mars 2016

366 réels à prise rapide : Le monde est petit

C’est quand on rencontre une connaissance à l’étranger ou quand en parlant avec un méconnu que l’on découvre que nous avons des connaissances communes, que l’on réalise que le monde est petit.
Dans mes souvenirs lointains, c’est un mouillage dans la baie de Béquia. Nous étions arrivés à la voile pour mouiller assez près de la plage. Notre annexe ressemblant plus à un engin de plage, il était hors de question de jeter l’ancre loin. Une fois l’ancre au fond, nous avions mis là grand voile à contre pour faire culer le bateau. Quelle ne fut pas notre surprise d’entendre sur le bateau derrière nous : « C’est un mouillage digne du Château du Taureau ! » Certes, l’immatriculation du bateau et le Gwen ha du flottant dans le patatras ont influencé l’interlocuteur mais quand je me suis retournée stupéfaite, j’ai entendu « Oh ! Sar@h ! ». Et là, j’ai reconnu un membre de l’école de voile que j’avais fréquentée.
Plus récemment, c’est en échangeant avec une autre passagère dans le train. Quand elle m’a dit son ancien poste, je lui ai demandé si elle connaissait une ancienne mère d’élève qui y travaillait. Bingo, et elle l’appréciait autant que moi. Qui plus est ce fut l’occasion de reprendre contact !

07:07 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 30 mars 2016

366 réels à prise rapide : Je pourrais écrire sur ma tête

Que pourrais-je écrire sur ma tête ? Celles ou ceux qui me connaissent en vrai et les autres pour qui je ne suis que virtuelle : À vous de me l’écrire !

07:04 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 29 mars 2016

366 réels à prise rapide : Ça change tout le temps

Depuis des années, elle espérait un changement dans sa vie. Rien ne se produisait. Ni dans son métier, ni dans ses amours, un seul lui aurait suffit.  Elle avait vainement tenté de jouer au loto, là les résultats variaient d’une semaine à l’autre. Vainement. La fée « chance » était sur la grève le jour de sa naissance. Quelle idée de naître un jour de grande marée ! Dans ses grands moments de désespoirs de voir évoluer cette situation, elle déclenchait son chronomètre et fixait les secondes, ça change tout le temps. Au moins du changement. Généralement au bout de cinq minutes, Morphée la rejoignait ... Le temps continuait de défiler imperturbablement.

23:21 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 28 mars 2016

366 réels à prise rapide : Action éclair

Action éclair : vite, vite venir poster et profiter de ce lundi vaqué !

16:15 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 27 mars 2016

366 réels à prise rapide : Une personne nerveuse

Le trajet lui parut plus long qu’à l’accoutumée. Elle n’en pouvait plus des secousses subies par son siège, provoquées non point par les soubresauts du train, mais par cette personne nerveuse dont la jambe droite n’arrêtait pas de remuer. Peut-être étaient-ce les prémices de la maladie de Parkinson ?

01:02 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (2)

samedi, 26 mars 2016

366 réels à prise rapide : J'éviterai de dire que …

À sa place, j’éviterai de dire que je suis de gauche en rappel à son inaction vis à vis de ses électeurs. Mais il n’y a aucune chance que je sois à sa place, je vous rassure ! À regarder vivre certains politiques, j’ai bien compris qu’il faut accepter les compromissions si on espère mettre en place quelques idées.

01:00 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (1)

vendredi, 25 mars 2016

366 réels à prise rapide : Un air en tête

Angoissée de service, fatigue aidant, je crains toujours que le réveil ne remplisse pas sa fonction et d’être en retard. Depuis quelques semaines, j’ai doublé le réveil en programmant la tablette. Mes nuits sont plus sereines, il m’arrivait de me réveiller vers trois heures du matin et de ne continuer ma nuit que par épisode. À 5 h 55, la ritournelle « Bord de mer » m’indique qu’il est l’heure de me lever, bien souvent je suis déjà réveillée. Autre avantage pendant la petite heure qui suit j’ai cet air en tête, proche de la musique du film « Les vacances de Monsieur Hulot ». Nettement plus agréable que le tut-tut-tut-tuituituituitui du réveil. Belle façon de commencer la journée, non ? 
Certes être naturellement éveillée par la lumière du jour et le chant des oiseaux serait plus plaisant. Ce sera le cas ces trois jours à venir. D’ailleurs, d’autres usagers du train ont dû adopter la coutume d’Alsace-Lorraine, en posant leur R.T.T. car c’est plutôt calme ce matin.

16:09 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 24 mars 2016

366 réels à prise rapide : Super héros

Ma pensée technologique fait que je suis rarement admirative des super héros même superbes. Je me dis que comme tout à chacun, ils ont une part d’ombre.

21:55 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 23 mars 2016

366 réels à prise rapide : Toucher

Toucher ... Couler ?
L’éloge du toucher ?
Les dérives des p-d-ph-l-s ont fait que pendant quelques années, on s’interdisait tout contact physique avec les élèves. Force est de constater qu’avec ceux qui ne maîtrisent pas le langage, le contact physique a le pouvoir d’apaiser. Poser la main sur l’épaule d’un enfant pour lui apprendre à ne pas réagir à une provocation l’aide beaucoup plus qu’une réaction verbale. Notre voix traduirait notre énervement. Avec des [pas toujours] Drôles, j’ai développé un langage du corps : quand je ne suis pas d’accord parce qu’ils ont été violents, je les tiens par le poignet, quand je sens qu’ils risquent de s’énerver, et de ne plus se contrôler, je leur prends la main. Au fil des semaines, certains rentrent dans le jeu, et viennent spontanément me prendre la main quand la tension monte.
Quand les enfants ne maîtrisent pas encore le langage, T.P.S. ou primo-arrivant*, j’applique souvent « Un petit câlin, ça fait du bien. » Ce fut le cas en début d’année avec les T.P.S., mais maintenant un simple coucou de la main suffit à les sécuriser. Ce fut aussi la seule chose que je sus faire quand une cantinière vint me dire qu’une enfant récemment arrivée, allait mal car elle n’avait pas mangé ce midi et avait passé son repas à pleurer.
Parfois, nul besoin de toucher, je sens le rayonnement, ce fut le cas dans un musée ethnologique de Barcelone sur une statue ancienne.
Désolée pour celles ou ceux qui espéraient l’éloge des caresses, d’ailleurs, c’eut été plutôt certainement « massage ».
 
 * Je crois qu’aujourd’hui on dit allophone. Ce terme me fait penser à « Ils ne savent pas dire Allô au téléphone. » Le terme en cours serait EANA pour élève allophone nouvellement arrivé.

22:51 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 22 mars 2016

Ça ne changera rien …

Mais j'ai une pensée pour nos voisins Belges.

attentats-de-bruxelles.lhommage-du-chat-ses-compatriotes.jpg

Trouvé

Et l'un de leur dessinateur :

3.jpg

 

22:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

366 réels à prise rapide : Le bien, le mal

Aujourd'hui, c’est une journée « citoyen ». Mes trois voisins et la voisine y vont. S’engager ? Faire un service civil ? Pas pour faire la gendarmerie, les pompiers, ça c’est bien, aider les personnes âgées, ça je kiffe. Mais l’armée, ça non, faire la guerre, ça c’est mal. Il paraît que là y a un gars il nous dit « Moi, j’ai fait la guerre. Je peux te tuer si je veux.
- C’est pour nous faire peur à cause du ... »
Ils ont un langage de jeunes qui n’ont peur de rien, mais au fond, ils ne sont guère rassurés. Quelques réflexions montrent qu’ils ont encore un pied dans l’enfance « Tu as pensé à composter ton billet ? Tu as pris ta Carte d’identité ? Et ta convocation ? Moi, je mange pas s’il y a trop de monde ! »
La voisine est silencieuse, les écoute, elle semble sereine. 
Au fur et à mesure que le train approche, les angoisses se verbalisent : « J’espère que l’on ne va pas écrire toute la journée. Y aura des maths ? J’ai toujours été nul en maths. »
Au moins, ces jeunes m’épargneront les commères médisantes ! Ça c’est plutôt bien ou pas un mal !!!!

21:58 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 21 mars 2016

366 réels à prise rapide : Ce qu'il en restera dans un an

Parfois quand je lis les journaux ou sites internet qui montent en épingle certains faits, je me demande ce qu’il en restera dans un an, dix ans et plus.
Dans certains cas, un journaliste plus pugnace que les autres aura creusé l’affaire, on découvrira que c’était une réaction à un autre fait ou un coup monté.
Quant à ce blog, je ne sais. Ça restera niché dans un coin de la toile avant d’être détruit par la fermeture de la plate-forme, comme ce fut le cas pour d’autres blogs, c’est très bien ainsi. À moins qu’à l’instar du #Madeleineproject ou de Vivian Maier quelqu’un, à défaut de créativité personnelle, cherchera à en savoir plus voire à l’exploiter. Il n’en tirera pas fortune.

21:00 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 20 mars 2016

366 réels à prise rapide : Au pied du lit

Au pied du lit, quelques moutons de poussière chatouillent la tablette qui se recharge.

Je préfère l’expression « au mitan du lit »

00:15 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 19 mars 2016

366 réels à prise rapide : En toc

Il n’était pas sûr de ses sentiments, en avait-il d’ailleurs ? Alors le premier bijou qu’il lui offrit était en toc. De suite, elle s’en aperçut, elle le porta toute la soirée. Une fois dans son lit, elle s’écroula en sanglots. Elle avait espéré « Le grand amour », elle regarda le bracelet, l’amoureux n’eut aucune chance, elle voulait du vrai, du beau, du pur. Le bracelet, lui, fut plus chanceux, déposé chez les chiffonniers, il fit le bonheur d’une des employées. Elle le portait à longueur d’année. Un jour, l’éconduit le reconnut, il y vit un signe du destin.

14:14 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

vendredi, 18 mars 2016

366 réels à prise rapide : Un moment où j’ai regardé l’heure.moment où j’ai regardé l’heure.

Ça avait bien fonctionné lundi, un jour court. J’avais réussi à avoir le T.G.V de 15 h 37, je suis donc arrivée à 16 h 08 dans ma ville. Hier, en partant, j’ai eu quelques mots d’amabilité avec deux collègues et l’atsem, l’animateur des T.A.P. et un mignon sur la cour qui criait joyeusement mon prénom. En montant dans la voiture, un moment j’ai regardé l’heure. Hum ! 15 h 21. C’était jouable si ...
La circulation était fluide, à l’arrivée devant la gare, la grande aiguille était entre 25 et 30. Aucune place sur le petit parking, hormis celle devant le panneau « interdiction de stationner » des bus, je n’ai pas souhaité récidiver la prise de risque qui m’a coûté 35 €. Pas de place non plus sur le parking en face. J’ai pesté une fois de plus en voyant les deux camions à louer, placés là dans un but publicitaire. Je me suis engagée dans la descente, rien non plus. De retour devant la gare, la grande aiguille de l’horloge fricotait avec le 35. Hum, hum dernière chance si une place s’était libérée ou si le train avait du retard. Par dépit, j’ai cherché et trouvé une place loin derrière les immeubles, avec un sentiment de culpabilité en pensant aux résidents à leur retour du travail. J’ai accéléré le pas, je suis entrée dans la gare, au moment où j’ai regardé l’heure, la pendule indiquait 15 h 41, un coup d’œil vain m’appris que le train n’était plus en gare ... Et que le T.G.V. suivant (qui ne s’arrête pas dans ma gare) aurait 15 minutes de retard. Pas de chance.
J’en ai profité pour aller voir l’exposition de photographies « La vague #3 », puis j’ai repris ma quête d’une place plus proche de la gare. Il était plus de 16 heures, deux places s’étaient libérées. Je suis rentrée comme d’habitude à 17 h 41 avec le T.E.R. de 17 h 04.

14:03 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 17 mars 2016

366 réels à prise rapide : Fallait pas que …

Il ne fallait pas que je parle à mes voisins dans le train, si je voulais vous écrire cette note. Désolée !

21:45 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 16 mars 2016

366 réels à prise rapide : Une belle image

Un jour, un amateur du club photo a déclaré « J’aimerai faire une belle image. » comme la réussite de sa vie. Ne le connaissant pas assez à l’époque, je me suis contentée d’écouter. Qu’est-ce qu’une belle image ? Est-celle qui répond aux critères techniques ? Règle des tiers, contraste, équilibre des couleurs, balance des blancs, etc. Souvent je regarde des livres théoriques ou des sites de photographie, et bien souvent les exemples proposés ne me convainquent pas qu’il s’agit d’une belle image. Pour moi, une belle image à quelque chose à dire, elle interpelle mon ressenti. Avec modestie, une belle image est celle où je me dis : « Hum, j’aurai bien aimé la prendre celle-ci. »
Quelques mois plus tard, j’ai expliqué au collègue qu’une belle image comme qu’il l’avait exprimé ne pouvait être un objectif de photographe. Pour moi, c’est la constitution d’œuvre qui me semble essentielle, aussi modeste soit-elle. Ce travail permettra de travailler qui une sensibilité, qui le cadrage, qui la lumière, qui une thématique. De cet ensemble émergera sûrement « Une photographie », mais elle sera le fruit de tout un cheminement, et non celui du hasard.
 

Comme me l’a demandé une blogueuse quelques photos de mon train-train quotidien.

tunnel_3_3_2016.jpgtrain_nuit_bleue_10_3_2016.jpgtrain_15_3_2016.jpgtrain_nuit_10_3_2016.jpg

train_chef_15_3_2016.jpgtrain_chef_16_3_2016.jpg

 

 

 

 

train_18_9_2015.jpgtrain_11_3_2016.jpg

 

 

 

 

train_arbres_11_3_2016.jpgtrain_Elorn_15_3_2016.jpg

train_moulin_Blanc_11_3_2016.jpgtrain_grues_11_3_2016.jpg

mardi, 15 mars 2016

366 réels à prise rapide : Petite satisfaction personnelle

Spontanément réveillée un peu avant l’heure, mes oreilles n’ont point été agressées par la sonnerie du réveil. J’ai eu le temps de prendre une douche. Pour la première fois, le sac poubelle sur le pare-brise a eu son utilité, je suis arrivée en avance sur mon horaire habituel, la place de stationnement que j’aime bien été vacante, appréciable car mon sac à dos été plus chargé que d’ordinaire. J’ai pris quelques photographies du T.G.V. qui partait vers la capitale. Petite satisfaction personnelle de m’être accordée ce petit moment de plaisir en début de journée. Ces quelques minutes volées au train-train quotidien me rendent sereine. Quelque soit la journée qui m’attend, j’aurai vécu cette parenthèse paisible. 
Les photos ne seront pas extraordinaires, c’est le vieux compact qui m’accompagne qui a officié.

21:43 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (2)

lundi, 14 mars 2016

366 réels à prise rapide : Solitude

Je ne sais si la solitude est un vilain défaut, mais moi je l’apprécie. Je ne vis pas pour autant en ermite, mais je me suis habituée à ces moments seule avec moi-même. Mon esprit n’est parasité en rien. Mon hyperacousie s’apaise, nullement gênée par ceux qui soliloquent ou écoutent la radio, la télévision à tout va.
Ce n’est point l’étymologie, mais dans « solitude », j’entends « sol » , soleil en español comme-ci cette solitude permettait de rayonner sans faire d’ombre à personne. Elle permet à ma pensée en étoile, et le soleil en est une, d’explorer au maximum les branches.

Mes plus beaux moments de solitude sont ceux loin, au milieu de l’eau.

cabine_mers_29_10_2012.jpg

21:35 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

dimanche, 13 mars 2016

366 réels à prise rapide : Il a dit

Il a dit « Travailler plus pour gagner plus. » Force est de constater que ce slogan ne s’est vérifié qu’à moitié. Les Français ont espéré que les suivants s’attacheraient à la seconde partie. Il n'en est rien. Tous des bonimenteurs.

00:08 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 12 mars 2016

366 réels à prise rapide : Facile, facile

Facile, facile ... Mes Drôles vous répondront la maxime qu'ils entendent souvent :  « C’est toujours facile quand on a compris ! »

20:03 Publié dans 366 réels | Lien permanent | Commentaires (0)